TEST : mesurez votre Burn-out (ou épuisement professionnel).

Dans mon article précédent sur le Burn Out (lire : Le Burn- Out (ou épuisement professionnel) : comment l’éviter ?), je vous expliquais que pour les médecins, le syndrome du Burn-Out se définit par une triade: épuisement émotionnel, dépersonnalisation et faible accomplissement personnel. Quand les trois sont réunis, le cocktail explosif est prêt pour un effondrement soudain qui peut survenir n’importe quand.

Aujourd’hui, je vous propose un test d’auto-évaluation de votre Burn-out (adapté du test de Maslach, la scientifique ayant identifié ce stress professionnel il y a vingt ans), pour mesurer ces trois symptômes du Burn-Out.

Pour évaluer votre degré de Burn Out, donnez à chaque affirmation une note en fonction de votre ressenti :

0 = Jamais
1 = Quelques fois par an
2 = Une fois par mois
3 = Quelques fois par mois
4 = Une fois par semaine
5 = Quelques fois par semaine
6 = Tous les jours

Mesurez votre épuisement professionnel :

  •          Je me sens émotionnellement vidée par mon travail.
  •          Je suis sur les nerfs en fin de journée.
  •          Je me sens fatiguée dès le réveil quand je me lève le matin et que je dois affronter une nouvelle journée de travail.
  •          Travailler avec des gens tout au long de la journée me coûte et me demande beaucoup d’efforts.
  •          Je sens que je craque à cause de mon travail.
  •          Je me sens frustrée par mon activité professionnelle.
  •          Je sens que je travaille trop ou trop dur.
  •          Travailler au contact direct avec les gens me stresse trop.
  •          Je me sens au bout du rouleau.

Mesurez votre dépersonnalisation :

  • Je me sens que je traite certains de mes interlocuteurs (patients, clients, élèves, collègues, etc.) de manière impersonnelle, comme s’ils étaient des objets.
  • Je crains que mon travail ne m’endurcisse émotionnellement.
  • J’ai l’impression que mes interlocuteurs me rendent responsables de certains de leurs problèmes.

Mesurez votre accomplissement personnel :

  • Je comprends facilement ce que ressentent les bénéficiaires de mon travail (patients, clients, élèves, collègues, etc.).
  • Je m’occupe très efficacement des tâches que l’on me confie.
  • J’ai l’impression d’avoir une influence positive sur les personnes à travers mon travail.
  • Je me sens plein d’énergie.
  • J’arrive facilement à créer une atmosphère détendue au travail.
  • Je me sens revigorée quand j’ai été proches de patients, clients, élèves, collègues, etc.
  • J’ai accompli beaucoup de choses qui en valaient la peine dans mon activité professionnelle.
  • Dans mon travail, je traite les problèmes émotionnels avec beaucoup de calme.

TEST D’EVALUATION DE VOTRE BURN OUT : calculez vos RESULTATS

Epuisement professionnel

Total inférieur ou égal à 17 : Tout va bien.

Total compris entre 18 et 29 : Prenez garde.

Total égal ou supérieur à 30 : Il faut réagir sans attendre.

Dépersonnalisation

Total inférieur ou égal à 3 : Tout va bien.

Total compris entre 4 et 7 : Prenez garde.

Total égal ou supérieur à 8 : Il faut réagir sans attendre.

Accomplissement Personnel

Total supérieur à 40 : Tout va bien.

Total compris entre 34 et 39 : Prenez garde.

Total inférieur à 34 : Il faut réagir sans attendre.

 

ATTENTION !

Un score élevé aux deux premiers symptômes et faible à la troisième échelle est un signe d’épuisement professionnel marqué !… Il est temps de réagir et de consulter votre médecin.

Et vous, où en êtes-vous en matière de burn-out ? Combien avez-vous eu de points à cette évaluation ? Ce test vous a-t-il paru utile ? Votre avis  m’intéresse !…

N’hésitez pas à commenter cet article…

 

 

22 commentaires sur “TEST : mesurez votre Burn-out (ou épuisement professionnel).”

  1. Euh, moi je suis dans le rouge pour le premier et dernier mais le deuxième tout va bien. Je suis dans le burn out ou pas??
    Merci de vos réponses

    1. Bonjour, il me semble pourtant que la réponse est dans votre question… Ce qu’il faut faire ??… « IL FAUT REAGIR SANS ATTENDRE. »
      Si cela vous parait trop difficile à faire seule, faites-vous aider par tous les moyens possibles : votre DRH, votre médecin, un coach externe , un thérapeute, etc.
      Les aides ne manquent pas… N’hésitez pas à vous faire aider.

  2. Il est 3 h du matin!!!impossible de dormir rien qu’ a l’idée d’aller travailler tout a l’heure,je décide donc de faire le test!!! le résultat il faut réagir sans attendre!!!a l’ensemble des rubriques! c’est ce que je craignais,je vais consulter ma généraliste tout à l’heure.

  3. Il est 3 h du matin!!!impossible de dormir rien qu’ a l’idée d’aller travailler tout a l’heure,je décide donc de faire le test!!! le résultat il faut réagir sans attendre!!!a l’ensemble des rubriques! c’est ce que je craignais,je vais consulter ma généraliste tout à l’heure.

  4. je suis dans le rouge au 3 tests mais déja eu un burn out mais dire qu il existe des aides au sein de notre entreprise est une illusion. le monde du travail est une machine et nous sommes des pions. changer, pas facile au regard de la crise. alors que faire ? merci de vos conseils.

  5. je suis dans le rouge au 3 tests mais déja eu un burn out mais dire qu il existe des aides au sein de notre entreprise est une illusion. le monde du travail est une machine et nous sommes des pions. changer, pas facile au regard de la crise. alors que faire ? merci de vos conseils.

  6. Si vous êtes dans le rouge, il est URGENT d’agir.
    « Nous sommes des pions. » C’est vous qui le dites. Vous serez un pion tant que vous choisirez d’en être un.
    « Changer, pas facile au regard de la crise » : changer n’est pas facile tout court. Pas seulement au regard de la crise. La crise a bon dos actuellement… et peut procurer un tas d’excellentes mauvaises raisons pour ne rien faire.
    « Que faire ? »: Augmenter sa conscience de soi. Travailler son estime de soi. Comprendre ce qui vous pousse à rester quand c’est insupportable. Comprendre pourquoi vous donnez tant de pouvoir à l’autre.
    Je connais une personne qui vous fera travailler tous ces sujets là : Sandra Sadat.
    Lisez mon article dans la catégorie « Formation » à son sujet et surtout les commentaires. Je pense qu’elle peut vous aider GRANDEMENT…. si vous voulez changer.

  7. Si vous êtes dans le rouge, il est URGENT d’agir.
    « Nous sommes des pions. » C’est vous qui le dites. Vous serez un pion tant que vous choisirez d’en être un.
    « Changer, pas facile au regard de la crise » : changer n’est pas facile tout court. Pas seulement au regard de la crise. La crise a bon dos actuellement… et peut procurer un tas d’excellentes mauvaises raisons pour ne rien faire.
    « Que faire ? »: Augmenter sa conscience de soi. Travailler son estime de soi. Comprendre ce qui vous pousse à rester quand c’est insupportable. Comprendre pourquoi vous donnez tant de pouvoir à l’autre.
    Je connais une personne qui vous fera travailler tous ces sujets là : Sandra Sadat.
    Lisez mon article dans la catégorie « Formation » à son sujet et surtout les commentaires. Je pense qu’elle peut vous aider GRANDEMENT…. si vous voulez changer.

  8. Rouge partout. Mais je m’en doutais avant même de faire le test.
    Mon médecin m’a mis en arrêt pour 10 jours.
    Je suis en train de monter un entretien avec la direction pour parler de ma surcharge de travail mais je redoute vraiment ce moment. Je me ferais accompagner par la déleguée du personnel, mais je crains que tout cela ne mène à rien et de me ridiculiser. Je pleure très très facilement en ce moment et crains de ne pouvoir mener à bien cet entretien.

    1. J’aurais tendance à faire confiance à votre médecin. Si il vous a arrêtée dix jours, c’est qu’il sent bien que vous êtes épuisée, d’où les pleurs « faciles ».
      N’hésitez pas à vous faire accompagner psychologiquement, pour remonter la pente certes, mais aussi pour comprendre ce qui dans votre histoire personnelle, vous amène à cet endroit là.
      Quel scénario -le plus souvent familial- rejouons-nous quand nous nous maltraitons nous-mêmes ?…
      Bon courage… Marie-Odile

  9. Rouge partout. Mais je m’en doutais avant même de faire le test.
    Mon médecin m’a mis en arrêt pour 10 jours.
    Je suis en train de monter un entretien avec la direction pour parler de ma surcharge de travail mais je redoute vraiment ce moment. Je me ferais accompagner par la déleguée du personnel, mais je crains que tout cela ne mène à rien et de me ridiculiser. Je pleure très très facilement en ce moment et crains de ne pouvoir mener à bien cet entretien.

    1. J’aurais tendance à faire confiance à votre médecin. Si il vous a arrêtée dix jours, c’est qu’il sent bien que vous êtes épuisée, d’où les pleurs « faciles ».
      N’hésitez pas à vous faire accompagner psychologiquement, pour remonter la pente certes, mais aussi pour comprendre ce qui dans votre histoire personnelle, vous amène à cet endroit là.
      Quel scénario -le plus souvent familial- rejouons-nous quand nous nous maltraitons nous-mêmes ?…
      Bon courage… Marie-Odile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *