Plutôt mourir que de penser !

 

Il y a de fortes chances qu’à un moment aujourd’hui, vous allez prendre un moment de recul par rapport à votre activité, quelle qu’elle soit, et juste réfléchir. Cela peut vous arriver coincé dans les embouteillages sur le périphérique, assis dans une réunion soporifique ou encore, par simple besoin de prendre un moment de réflexion. Une nouvelle étude scientifique suggère pourtant, que peu d’entre nous aiment réfléchir.

Certaines personnes préfèrent même recevoir un choc électrique, plutôt que d’être livrées à leurs pensées.

Matthew Killinsworth, psychologue et chercheur à l’Université de Californie (UC), à San Francisco, avait déjà mis en évidence dans ses recherches, le fait que « les personnes qui passaient du temps seuls dans leur tête étaient notoirement moins heureuses que les autres. »

Timothy Wilson, psychosociologue à l’Université de Virginie à Charlottesville, et ses collègues ont conduit l’étude suivante : ils ont recruté plusieurs centaines d’étudiants volontaires pour participer à des « périodes de réflexion ». Les personnes étaient placées dans des pièces peu meublées, sans stylo, ni téléphone, ni affaire personnelle. Ils devaient ensuite participer à l’un des deux tests proposés (entre 6 et 15 minutes) : sujets libres de réflexion pour certains, sujets imposés pour d’autres, (tels qu’organiser une sortie ou une activité sportive entre amis. Après ce temps de réflexion, les participants devaient évaluer leur expérience sur une échelle de 0 à 9, cette note reflétant le caractère agréable de l’expérience de réflexion. La moitié des participants n’ont pas aimé l’expérience, avec une note en-dessous de la moyenne et un degré également élevé, d’ennui.

La même expérience vécue chez soi, à la maison plutôt que dans une pièce anonyme, donna les mêmes résultats. L’étude révèle que lire ou écouter de la musique est une activité deux fois plus plaisante que d’être seulement dans ses pensées, seul avec soi-même.

penséesLes chercheurs ont poussé l’expérience plus loin : pendant un quart d’heure, chaque participant était placé dans un laboratoire dans lequel il leur était possible de pousser un bouton et de recevoir un choc électrique, en toute liberté.

Même si 100% des participants avaient préalablement déclaré qu’ils seraient prêts à donner de l’argent pour ne pas être choqués électriquement dans leur vie, 67 % des hommes et 25% des femmes choisirent de s’imposer volontairement un choc électrique, plutôt que de rester tranquillement assis, livrés à eux-mêmes, dans leurs pensées.

La revue Science révèle la surprise des chercheurs qui s’attendaient qu’avec un cerveau humain plein de souvenirs et capable d’imaginer toutes sortes d’histoires et de scénarii plaisants, les participants apprécieraient majoritairement l’expérience de penser.

Il semblerait que le cerveau humain soit fait pour réfléchir dans un but précis, mais que la pensée libre ou forcée par les circonstances -que ce soit à la demande de chercheurs ou à la faveur de circonstances immobilisantes, comme être bloqué dans le trafic- soit quant à elle, désagréable. Le résultat de l’étude est sans équivoque : la majorité des personnes est si mal à l’aise ou s’ennuie tellement seule, que ces personnes préfèrent encore s’infliger un choc électrique.

Certaines personnes préfèrent très nettement être livrées à leurs pensées : l’expérience montre ainsi que les personnes les plus agréables et les plus coopérantes avec les autres, étaient aussi celles qui préféraient réfléchir à des sujets libres. Idem pour les personnes ayant déclaré que leurs rêveries diurnes les laissaient généralement dans une humeur heureuse.

L’étude montre aussi que tout à chacun se trouve régulièrement embarqué, plus ou moins intentionnellement, dans des pensées diverses et que ce manque de contrôle participe pour beaucoup, au malaise ressenti, d’où l’engouement actuel pour les techniques de relaxation et de yoga, davantage destinées dans les faits, à maîtriser ses ressentis et émotions, plutôt qu’à atteindre un véritable lâcher-prise.

L’humain serait prêt à s’abandonner… à la seule condition de garder le contrôle ! Bref, dans ces conditions, ce n’est vraiment pas gagné pour développer la conscience de soi et des autres en entreprises : « S’il-vous-plait Coach, faites-moi croire que je veux changer… mais surtout n’oubliez pas que je ne le veux surtout pas. » A méditer…

savoir penser rever hugo

Et vous ? Aimez-vous penser, rêver seul avec vous-même ? 

N’hésitez pas à commenter !!…

Pour publier un commentaire, c’est encore un peu plus bas ci-dessous dans la zone « Je laisse un commentaire » (si vous êtes dans l’article) ou bien cliquez sur la petite bulle format BD à côté du titre de l’article (si vous êtes en dehors de l’article)… Merci d’avance pour votre partage !…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *